UA-52832336-4

23/04/2018

Fourbures du cheval

La mise à l’herbe de printemps est synonyme tous les ans de cauchemar pour toutes les races faciles d’entretien et de bonheur pour tous les chevaux qui ont du mal à garder de l’état en hiver. Nous allons voir pour quelles raisons.

Vouloir se rapprocher le plus possible de l’alimentation naturelle d’un cheval est un souhait tout à fait louable. Quand on garde son équidé à la maison, il est évident que l’on cherche le meilleur pour son épanouissement et son bien-être. Mais tous les ans, nous sommes confrontés aux aléas de la pousse de l’herbe qui nous compliquent la vie.

Avant de lâcher vos fauves, du jour au lendemain, dans les vertes pâtures, il est essentiel de prendre les dispositions suivantes :

– faire une transition progressive à l’herbe sur une quinzaine de jours pour permettre à la flore intestinale de s’adapter.

– s’assurer que son équidé a perdu du poids pendant l’hiver pour anticiper la surcharge pondérale pendant la saison de pâturage.

Prenons le cas de POMPOM, cheval de loisir de 500 kg effectuant 2 ou 3 sorties par semaine en ballade.

Ses besoins journaliers sont les suivants :

Si je mets POMPOM au pâturage, celui-ci va bien évidemment manger toute la journée sans s’arrêter. Il va donc consommer au minimum ses 9.5 kg de matière sèche quotidiens.

Une herbe de prairie permanente moyenne apporte par kg de matière sèche :

POMPOM va donc ingérer quotidiennement :

Si on compare les besoins avec les apports :

L’herbe gardera cette valeur pendant environ 1 mois et demi (si vous avez de l’herbe en abondance), de mi-avril à fin mai. Puis sa valeur va diminuer avec l’apparition des épis dans les graminées.

Quelle va être la prise de poids de POMPOM pendant ces 1.5 mois ?

3.4 UFC (en trop/jour) * 45 jours = 153 UFC en trop sur 1.5 mois

POMPOM va utiliser 2.7 UFC pour grossir de 1 kg.

Au bout du compte, il aura donc pris 153/2.7= 56 kg en 1.5 mois soit environ 11% de son poids.

Quand l’herbe sera au stade floraison elle sera beaucoup moins énergétique

POMPOM va donc ingérer quotidiennement en juillet :

A cette période d’été, POMPOM va stabiliser son poids.

Vous voyez donc ici tout l’intérêt de bien gérer votre pâturage pour faire en sorte de rationner l’herbe au printemps.

La prise de poids réalisée au printemps (et aussi en automne) doit absolument être compensée par une perte de poids en hiver. Vous vous exposez sinon à des fourbures, des maladies métaboliques comme le diabète.

La fourbure au pâturage survient pour plusieurs raisons :

  • Le cheval a un accès non limité à l’herbe. Même si celle-ci est peu ou très riche selon les saisons, le fait que le cheval ne puisse pas se réguler (et oui il peut manger de l’herbe sans s’arrêter !) va entraîner un trop plein d’ingestion de sucres solubles. Tout comme nous devant une plaquette de chocolat, un peu c’est bien, toute la plaquette c’est trop !
  • Le cheval est sur de l’herbe rase (surpâturée). Même si la quantité d’herbe est ridicule, cette petite herbe est extrêmement riche en sucres. Il en suffit de peu pour déclencher une fourbure sur un équidé déjà fragile.
  • Votre cheval a une maladie métabolique de type Cushing, SME (Syndrôme Métabolique Equin), PSSM (Myopathie à stockage de polysaccharides) et de fait ne tolèrera que très peu de sucres dans son alimentation. Tout excès dans ces cas-là peut conduire à une fourbure.

Pour éviter ces problèmes, plusieurs pistes sont possibles :

  • Donner un carré d’herbe tous les jours et ne pas laisser pâturer sur de grandes parcelles tout en laissant un accès à des pistes pour favoriser le mouvement.
  • Attendre que l’herbe soit à un stade avancé pour mettre les chevaux afin qu’elle soit moins riche en sucres. Plus l’herbe est haute, moins elle est riche.
  • Utiliser un panier de pâturage (Greenguard) permet de limiter la quantité d’herbe ingérée quotidiennement (-50% d’ingestion environ) et de faire maigrir le cheval.

Dans tous les cas, le bien-être de votre cheval ne peut pas passer par un état corporel excessif. Aimer son cheval, c’est faire en sorte que son corps soit en adéquation avec son espèce.

Les kilos en trop sont l’ennemi de l’effort sportif.

PEYRILLE Sabrina    06 58 00 95 48

www.sabrina-peyrille-seve.com

#fourbures, #fourburescheval, #alimentationcheval, #ecuriesdupato, #petitechroniqued'helene, #horseball, #soinscheval, #herbetropriche, #herbeprintemps, #sabrinapeyrille, #veterinaireequin,

http://www.petitechronique.com

08:36 Publié dans Ecuries du pato | Commentaires (0) |  Facebook | |

01/11/2017

la cagnotte et le billet de 100 €

La cagnotte

 

Une soirée d’automne, dans un petit bourg humide, au fin fond de la Haute Gironde

Il tombe une pluie  battante et les Ecuries du Pato sont désertes.
Les temps sont durs, le  club est très endetté, tout le monde vit à crédit.

Là-dessus arrive un touriste. Il gare son van devant le club house et entre.
Il pose un billet de 100 € sur  le bureau et demande s’il peut obtenir un box pour son cheval  le temps d’une nuit.   
Le propriétaire du  club lui  montre   sa rangée de box libres et lui propose de choisir celui qui  lui plaira.

Dès que le touriste  quitte le bureau, le proprio prend le billet de 100 €, file chez  l’agriculteur son  voisin et règle la dette de foin qu'il a envers celui-ci. 
Le paysan se rend immédiatement chez le veto à qui il doit 100 € et rembourse sa dette. 
Le vétérinaire  à son tour s'empresse de régler sa  facture à l’ostéo qui est venu soigner son cheval.
L’ostéopathe se précipite à son tour chez le maréchal  ferrant afin de régler une dette de ferrure . 
Le maréchal  glisse le billet à la monitrice qui lui  donne des cours de horse ball,  à crédit déjà depuis un  moment.
La  jeune fille, qui occupe à crédit  un box , court acquitter sa pension aux  Ecuries du Pato. 
Le  directeur pose le billet sur le comptoir là même où le  touriste l’avait posé auparavant.
Là-dessus ce dernier revient des box, annonce  qu’il ne trouve pas  ceux-ci à son gout, ramasse son billet et  s’en va…

Personne n’a rien produit, personne n’a rien gagné,  mais plus personne n’est endetté. La soirée s’annonce douce pour tout le monde…

 

Les Ecuries du Pato

https://www.facebook.com/LesEcuriesduPato

www.petitechronique.com

 

la cagnotte : www.lepotcommun.fr/pot/1a16wduv

24/07/2017

Charles Eliott Lacombe en Equipe de France

Helene Benoit a ajouté 6 photos.
22 min ·
 

Championnat d'Europe 2017 :Rencontre avec Charles Eliott Lacombe

Bonjour Charles Eliott, tous les horse balleurs ont appris ta sélection en Equipe de France, alors que tu ne jouais pas en Pro-Elite. Merci à toi de nous permettre de faire plus ample connaissance avec toi, Champion de France 2017 PRO, avec Loire sur Rhône.
Bonjour Hélène, Je m'appelle Charles-Eliott. J'ai 25 ans et je joue à Loire sur Rhône. Je suis en Master de ressources humaines en alternance.

2Quel est ton parcours équestre ?
J'ai commencé l'équitation à 5 ans et le horseball en poussin à Decines avec Audrey Sagnimorte. J'y ai joué jusqu'en minimes 1ere année où j'ai arrêté pour ne faire plus que de l'équitation "classique". J'ai repris le horseball à 17 ans, toujours à Decines. On jouait en amateurs. C’est à 18 ans que j’ai rejoint Loire sur Rhône Horseball - PRO ÉLITE et son coach Olivier Segear.

Qui est ton cheval ? Comment l’as-tu rencontré ?
Mon cheval s'appelle Aligator Song. C'est un pur sang de 9 ans. C'est Eve l'avait repéré aux courses. Il était monté par un coéquipier. Je l’ai récupéré lorsque celui-ci s’est arrêté. Aujourd’hui, c'est un cheval très bien dressé, très réactif et surtout très stable. En fait, c'est le cheval qui me correspond.

Comment travaillez-vous ?
Je monte Aligator monte 6 à 7 fois par semaine. Il va au marcheur tous les jours. S’ajoutent à son programme du dressage, un entraînement individuel et un second collectif.
Je monte tous les jours à cheval. Je participe à tous les entrainements y compris celui des féminines de Loire.

Quel est ton plus beau souvenir à cheval ?
Mon plus beau souvenir est l’ ensemble de cette saison avec Loire sur Rhône, avec notre titre de Champions de France Pro et notre invincibilité. Le championnat 2017 s’est révélé génial d'un point de vue collectif. On ne pouvait rien imaginer de mieux. J’avoue que du point de vue individuel c'était génial aussi.

Comment arrives tu à lier l’ équitation de haut niveau et le métier ? les études ?
Lier équitation et vie professionnelle est facile puisque je vis sur le Centre Equestre Vieux Moulin Loire/rhone et que je vis avec Eve.

Qu’as-tu ressenti apprenant ta sélection en équipe de France ? Est-ce que t’en doutais ?
L'annonce de la sélection était une surprise. Jouant en pro je ne pensais absolument pas à l’Equipe de France. Je ne sais pas si ma sélection , la première , est un message d'espoir pour les joueurs de toutes les catégories, mais cela montre aussi Raphael et Luc Lgr regardent les autres catégories. Je les remercie d’avoir misé sur moi.

As-tu fait des sacrifices pour en arriver là ?
En terme de sacrifice je ne pense pas avoir dû en faire beaucoup. Ce sont surtout mes parents, ma maman Marie-Christine Obino qui ont dû en faire (rires). Après, c’ est sûr que cela représente énormément de travail et de temps passé à cheval sans avoir la possibilité de faire autre chose.
Puisque tu me le demandes, Hélène, aux plus jeunes, je pourrais dire qu’il faut travailler énormément en horseball mais surtout en dressage. « Mieux vous monterez, mieux vous exploiterez les qualités de vos chevaux. » Un autre aspect important est d'être à l'écoute des conseils et de regarder les matches avec attention. Il ne faut pas essayer pas de devenir quelqu'un d'autre sur un terrain, mais il rester soi-même et travailler sur nos défauts.

Comment envisages – tu ton championnat d’Europe ?
Pour les Championnats d'Europe de Saint Lô, je souhaite que nous soyons champions. Après, j'espère pouvoir apporter le plus possible au collectif en étant performant en touche et en défense. Je pense que ce sera une belle compétition avec beaucoup de niveau.

Y a-t-il des joueurs qui t’inspirent ?
Je regarde au maximum les matches des circuits fermés et les couples qui jouent. En terme de joueurs qui m'ont inspiré il y en a plusieurs. La première est Eve Ségear pour sa combativité sur un terrain, le fait qu’elle soit forte dans tous les secteurs du jeu et qu'elle soit performante avec plusieurs chevaux. En plus, je suis particulièrement content de l'avoir dans mon équipe en mixte parce que je n'aimerais pas l'avoir contre moi ! (Rires).
Le deuxième joueur est Jérôme Hadjout. Il montait Perfect World qui est sûrement le cheval qui a pu m’impressionner le plus pour ses qualités en touche et en défense. J'aime beaucoup sa combativité et sa vision du jeu. C'est pour moi l’ un des joueurs les plus complets du circuit.

A propos, peux- tu nous donner des nouvelles d’Eve ?
Eve va bien. Sa grossesse la rend parfois un peu malade mais ça va. Elle monte beaucoup moins à cheval. Elle a été très heureuse et très fière que je sois sélectionnée en EDF.

Qu’aimerais tu ajouter ?
Je veux remercier Eve, Olivier et Valérie Joannides Segear qui m’ont permis d'atteindre ce niveau et qui me prêtent Aligator entre autres. Je remercie mes coéquipiers qui me supportent depuis des années ! Merci aussi à mes parents et à Raph Dubois et Luc Laguerre qui m’ont accordé leur confiance en me sélectionnant. Enfin, je remercie Lou Daum pour toutes les belles photos qu'elle fait !

A mon tour de te remercier, Charles Eliott pour ta sympathie. Bon Championnat d’Europe avec Antoine Cocoynacq , Benjamin Depons, Romain Depons, Clément Maby, Ellington Barnes, Tom Dupau, et Ladislas Crausaz .

Helene Benoit

#horse ball, #Charles Eliott Lacombe, #Horse ball, #Saint Lo, # # #pato, #ecuriesdupato, FIHB - Fédération Internationale de Horseball; FIHB WHR European Championships 2017

Les Ecuries du Pato
www.ecuriesdupato.com
https://www.facebook.com/LesEcuriesduPato
Crédit photo Lou Daum, Olivier Leschieracel3.JPG

18:05 Publié dans Ecuries du pato | Commentaires (0) |  Facebook | |